31 mars 2009

STANISLAS RODANSKI ❘ REQUIEM FOR ME



rODANSKI.jpg



Tant attendu et pointilleusement présenté par François-René Simon, voici Requiem for me, nouveaux écrits de Stanislas Rodanski suivis de deux lettres adressées à Jacques Veuillet, l'ami de jeunesse.

"Les intimes (m')appellent Stan, les familiers Bernard, les indifférents Rodanski et les flics Glücksmann", ainsi se découvre l'écrivain qu'il convient de rapprocher d'Antonin Artaud, de Jacques Vaché pour le mystère d'être. Ainsi se déploie les étiquettes du nom qui font ce héros de roman que fut Rodanski, absolument. Lumineusement, François-René Simon questionne le multiple je : "Je est un autre jeu, un jeu social, un jeu de dupes."

Beaucoup d'éléments apportés à la connaissance de l'oeuvre, à la connaissance de l'homme. Ce livre ne vient pas s'ajouter aux autres pour faire du volume. Il rend Rodanski plus précis. Il donne à ceux qui lisent intensément le "romancier détective" matière à des éblouissements.

REQUIEM FOR ME

Stanislas Rodanski

Editions des Cendres

141 pages, 18 €

_____________

Editions des Cendres

8 rue des Cendriers 75020 Paris

Tel 01 43 49 31 80

28 mars 2009

TOUT AUTOUR DE ZAPPA ❘ AUJOURD'HUI A MORLAIX

 

Darol-Zappa NE.jpg

Tout autour de Zappa à la Librairie Dialogues, ce samedi 28 mars, à 17h

Librairie Dialogues
9, rue de Aiguillon
29600 Morlaix
Tel : 09 63 25 23 36




18 mars 2009

TOUS A MORLAIX POUR FRANK ZAPPA !

 

Darol-Zappa NE.jpg

 

Morlaix n'est peut-être pas le centre du monde mais c'est mon monde et c'est là, le samedi 28 mars, que je vous invite à me rencontrer autour de mon nouveau livre sur Frank Zappa. En espérant vous y retrouver.


SAMEDI 28 MARS – 17 H

LIBRAIRIE DIALOGUES

9, Rue Aiguillon

29600 Morlaix

09 63 25 23 36

 

 

10 mars 2009

JEAN-PIERRE LENTIN C'EST FINI !

 

Fille Qui Mousse.jpg

Les lecteurs d'Actuel s'en souviennent. Jean-Pierre Lentin en était l'une des plumes les plus acérées. Son nom était aussi associé à Dagon, à Fille Qui Mousse. Egalement à Radio Nova. Il était l'une des figures de la French Underground. Il fut l'un des premiers à célébrer Albert Marcoeur.

En octobre dernier, nous étions réunis par Frédéric Goaty au Café de la Danse. C'était la fête à Marcoeur et frères, l'un des plus beaux concerts de celui qui possède plus d'un tour dans son sac.

En nous rendant à la soirée qui suivait le concert, nous discutâmes littérature : Maurice Fourré, Jean-Pierre Duprey, Stanislas Rodanski. Il n'était ignorant de rien. Nous nous découvrîmes une passion commune pour Huysmans.

L'auteur d'A Rebours était son maître d'écriture. Les Ecrits sur l'Art de Huysmans avaient été sa méthode pour traduire les sons, la couleur des sons, dans ses articles sur la musique.

Plus tard, il me parla de Marcel Proust et de ses imprécisions syntaxiques.

La petite soirée qui se déroulait dans le vingtième arrondissement de Paris fut l'occasion pour le musicologue (incollable sur les musiques de la Renaissance) de converser avec Albert Marcoeur comme dans un voyage à rebours, un voyage qui nous emmena en 1974 au Théâtre des Arts où j'assistais au premier concert d'Albert Le Grand. Jean-Pierre était là. Jean-Pierre Lentin n'est plus. Il n'avait pas 60 ans.

19:04 Publié dans DISSIDENCE UNIVERSELLE | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : jean-pierre lentin, actuel, radio nova, dagon, musique, rock, culture | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |