28 mai 2013

LE RETOUR DE MUZIQ EN LIBRAIRIE

Couv Muziq 1.jpg


En 21 numéros publiés entre novembre 2004 et juillet 2009, MUZIQ a développé un style journalistique qui enjambait toutes les barrières musicales depuis la pop jusqu'au jazz. Ce magazine diffusé en kiosques proposait de conséquents dossiers sur Prince, Meshell Ndegéocello, Stevie Wonder, Led Zeppelin, Frank Zappa, les 150 CD Soul/Funk indispensables, Deep Purple, The Who, Pink Floyd, les divas rock, soul, punk, jazz, gospel, folk, reggae, blues..., George Clinton, Police, Led Zeppelin, Fela Kuti, Serge Gainsbourg, Keziah Jones, David Bowie, le hard rock, Raphael Saadiq, Claude Nougaro, Alain Bashung ou encore James Brown. L'aventure initiée par Frédéric Goaty, directeur de la rédaction de Jazz Magazine, s'est malheureusement arrêtée au grand dam de ses lecteurs fidèles dont la curiosité ouverte à tous les genres, y compris le cinéma et la littérature, avait trouvé une rare occasion de se satisfaire.

Muziq Gainsbourg.jpg


Ce n'était qu'un au revoir. MUZIQ est de retour dans un nouveau format et dans les librairies. Le numéro 1 vient de paraître fort de 160 pages avec Neil Young en couverture mais aussi Billy Cobham, Rodriguez (interviewé par Muziq quatre ans plus tôt), Neal Schon, Paul McCartney, James Brown, Jef Lee Johnson et Frank Zappa dont je présente ici les racines musicales dans un très long article de 14 pages.

C'est le premier livre-magazine entièrement dédié à la musique sous toutes ses formes. 

Interviews géantes, dossiers, discographies commentées, témoignages rares, portraits et surprises en tout genre sont de retour.


Au sommaire du premier numéro :


• Un important dossier consacré à NEIL YOUNG à la veille de sa première tournée française depuis 2001.
• Un retour sur les racines musicales de FRANK ZAPPA.
• Un focus sur les chansons méconnues de PAUL MCCARTNEY.
• Des interviews de BOBBY WOMACK, SLY & ROBBIE.
• Des blindtests de JULES-ÉDOUARD MOUSTIC et ALAIN DE GREEF.
• Un retour sur les grandes heures de l’acid jazz.
• Des stories d’albums cultes (Come Taste The Band de DEEP PURPLE).
• Des portraits « fil rouge » de JOHN MCLAUGHLIN, TERRY BOZZIO, NEAL SCHON, ARTHUR LEE.
• Des analyses discographiques, des compilations imaginaires, etc.

Edité par Le Castor Astral, Muziq sera présenté à La Bellevilloise le mercredi 29 mai, à 20 h. Une soirée placée sous le signe de Neil Young. Entrée Libre.

MUZIQ 

LE CASTOR ASTRAL éditeur et JAZZ MAGAZINE

160 pages, 15 €

Soirée de lancement

LA BELLEVILLOISE

19-21 rue Boyer 75020 Paris

MUZIQ.jpg


10:24 Publié dans MUZIQ | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : muziq, frank zappa, neil young, paul mccartney, rock, jazz, funk | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |

09 mars 2013

LIRE LA MUSIQUE 2

Entre 2009 et 2012, Lire la musique, ma chronique (transverse) fut publiée dansLe Magazine des Livres aujourd'hui disparu. En voici le feuilleton complet.


Belhomme.jpg



JAZZ A TOUS LES ETAGES

 

Il est encore temps d’emprunter la timeline qui traverse « Le Siècle du Jazz » mais il est nécessaire de rester concentré sur le fait que l’exposition qui se déroule au musée du quai Branly s’achèvera irrémédiablement le 28 juin 2009. Manquer ce voyage équivaudrait à refuser la main tendue de Scott Fitzgerald, un rendez-vous avec Paul Morand ou encore une fiesta dont le Maître de Cérémonie serait Michel Leiris. Il serait dommage d’échapper à un événement qui mène du jazz à la littérature en passant par le cinéma, la peinture et la photographie. Quelque chose d’aussi vaste que 2000 mètres carrés rassemblant mille objets comme ces tableaux de Marcel Janco et de George Grosz, de Kupka et de Matisse, ces films de George Stevens, ces clichés de William Claxton, ces pochettes de disques crayonnées par Andy Warhol qui nous parlent d’Aretha Franklin et de Fred Astaire, de Billie Holiday et de Duke Ellington, alors que de ballroom en bastringue - autrement dit de salle en salle, suivant un parcours qui s’apparente à une dérive hallucinée dans les rues vibrantes et arachnéennes de la Nouvelle-Orléans -, s’entend le « tumulte noir », celui que l’affichiste Paul Colin avait rendu vivant en fixant le mouvement de Joséphine Baker sur pierre calcaire pour célébrer la Revue Nègre.

Daniel Soutif, commissaire de l’exposition, s’en est tenu à l’impossible. Il a réalisé ce que nos rêves caressent, caressent seulement : le retournement de la flèche du temps, la réversibilité des heures. Nous sommes embarqués en 1917 et ce sont des clameurs, la sueur coule, les corps sont des pâtes modelées sous l’effet d’une nouvelle scansion appelée jass, un vocable rapide, une mutation anthropologique, quelque chose qui cogne et fait danser, un cri, une libération. On va d’une œuvre l’autre, d’une cloison abattue à une porte de papier. On traverse le jazz, l’oreille changée en papillon, les yeux palpitants comme un cœur abreuvé de rhum. On est poussé dans les époques par des vents divers et chauds, des vents nommés swing, bebop, free, des vents anabatiques et qui poussent vers le haut. Ici, la lumière s’appelle black light. Elle déroule un chemin où Miles Davis est l’ami de Kenneth Rexroth (l’auteur de Poetry and Jazz) et de Jean Echenoz. Car tout est possible, n’est-ce pas ? Le jazz est tous les âges, tous les arts. Le jazz est le chemin qui mène à Ornette Coleman et à Jackson Pollock, à Piet Mondrian et à Norman McLaren, à Georges Bataille et à Francis Picabia.

Sortant de ce bain de lueurs et de sons, vous cherchez une fleur à cueillir, un pépiement à mettre en bouche. Lisez Be-Bop de Christian Gailly (l’un des mille objets exposés) et écoutez "Ask Me Know" de Thelonious Monk. N’oubliez pas de tendre la main à Scott Fitzgerald qui écrivit Tales of the Jazz Age  (Les Enfants du jazz, 1922) comme un serment, comme une entéléchie. Le jazz est un élan et les picotements de bonheur qu’on éprouve à chaque pas que l’on fait dans « Le Siècle du Jazz » nous rappellent que ce style musical issu de l’oppression est le seul cri inextinguible.

En complément de ce voyage chronologique, il convient de se procurer le catalogue éponyme conçu par Daniel Soutif et brillamment introduit par Hubert Damisch. De même, il est heureux de posséder Giant Steps – Jazz en 100 figures, dernier ouvrage de Guillaume Belhomme, à qui nous devons une remarquable (très lumineuse vraiment) biographie d’Eric Dolphy (Éditions Le Mot et le Reste, 2008), et qui est à lire comme un aide-mémoire ou, à l’opposé, un guide du néophyte cherchant les meilleures pistes pour plonger sans plus attendre dans le meilleur du jazz, ce mot inventé par Ernest J. Hopkins, en 1913, pour le San Francisco Chronicle. Guy Darol

 

LE SIÈCLE DU JAZZ, Éditions Flammarion-Skira, 416 p., 49,90 €

GIANT STEPS, Guillaume Belhomme, Éditions Le Mot et le Reste, 432 p., 23 €

 


05:34 Publié dans LIRE LA MUSIQUE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jazz, guillaume belhomme, le siècle du jazz | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |

05 septembre 2010

LAUREN NEWTON

medium_LN.jpg
Lauren Newton

Bien que revendiquant l’héritage d’Ella Fitzgerald et de Cathy Berberian (répertoire Berio), Lauren Newton qui fut récemment complice de Joëlle Léandre et l’invitée d’Anthony Braxton sur Composition 192, le volet Ghost Trance Music du foisonnant compositeur, me semble ressortir plus exactement à la ligne Dada. Soundsongs, avec 16 pièces chantées à voix nue, en est la preuve formelle. Par ailleurs, cet album fourmillant de glossolalies aurait atteint au cœur Antonin Artaud. Mais ce recueil de performance vocale est surtout une action dadaïste maîtrisée qui rejoint les poèmes phonétiques de Raoul Hausmann ou les « chants nègres » de Richard Huelsenbeck et de Hugo Ball. Jamais les cordes vocales n’ont été à ce point vibrées, tendues jusqu’à la limite et jamais une voix n’a produit autant de cris stridents, de monèmes hachés, de sons expulsés, crachés, slammés. Et jamais une voix si extraordinairement perçante, éclatante comme la charge impétueuse d’une horde déterminée à mort, n’a su si magistralement passé de la plainte à la susurration du plaisir zazen. Enfin, cet album n’est  pas qu’un exercice incroyable de plasticité vocale, il est, au-delà de toute virtuosité, le monument qu’il convient de visiter pour évaluer ce qu’est véritablement une chanteuse habitée. Guy Darol

SOUNDSONGS LEO RECORDS/ORKHÊSTRA

medium_Soundsongs.jpg

07 août 2010

VOIX ROYALES

JAZZ LADIES

PAR STÉPHANE KOECHLIN ED. HORS COLLECTION

LES MÉMOIRES DE JOSÉPHINE BAKER ED. DILECTA

medium_j_baker_1.jpg

Alors que sa biographie de Ben Harper vient de paraître aux éditions Le Castor Astral, Stéphane Koechlin (l’un de nos meilleurs écrivains sur le blues) expose en un livre sensible et engagé un beau tableau de jazzwomen. L’auteur ne se méprend pas sur l’actualité d’un certain « jazz champagne » (Diana Krall, Norah Jones) qu’il nous invite à ranger au rayon des paillettes et des plumes, rayon qui n’a rien de commun avec les trajectoires (et par conséquent la tonalité) des Mamie Smith, Memphis Minnie, Nina Simone, Bessie Smith,  figures combattues et combattantes que Stéphane Koechlin décrit (avec beaucoup d’autres) du fond de leurs peines. Il n’oublie pas Joséphine Baker dont les « Mémoires » publiées en 1949 étaient depuis longtemps introuvables. Celle qui comparait la grimace à un sport postula pour la joie et une générosité rarement égalée alors qu’elle avait fui  l’Amérique pour l’Europe où elle joua longtemps la négresse nue ceinturée de bananes avant d’être chassée de son château périgourdin. Un destin de femme plus convainquant que celui, regarde comme je suis belle sur moi, des Beyoncé et Alicia Keys, chanteuses R’n’B selon l’expression désormais vide de sens. Guy Darol

medium_Numeriser0006.jpg

 

medium_Numeriser0007.jpg

26 avril 2010

RENAISSANCE DE LA REVUE TANGO

 

Tango 1.jpg

 

 

La revue Tango manquait à notre paysage. Il n'y eut rien d'équivalent après sa disparition. Une fausse disparition. Car la voici toute prête à renaître. Le premier mai, reviendra la revue qui faisait du tango un style englobant tous les styles.

CONSULTER

LE SITE DE LA REVUE TANGO

VOIR


Jean Louis Ducournau

19:13 Publié dans LITTERATURE TUMULTUAIRE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : revue tango, tango, jazz, littérature, arts | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | |

20 mars 2010

HERB COHEN IS DEAD

 

cohen zappa.jpg
Frank Zappa & Herb Cohen

 

 

Herb Cohen, le manager de Frank Zappa, actif dès le premier album des Mothers Of Invention, co-créateur avec Zappa des labels Straight (Alice Cooper, Captain Beefheart, Lord Buckley, Jeff Simmons, Tim Buckley, GTOs ...) et DiscReet Records (Kathy Dalton, Tim Buckley, Ted Nugent, Growl, Brenda Patterson...) vient de lâcher définitivement l'affaire à l'âge de 77 ans. Il est décédé le mardi 16 mars dans sa propriété de la Napa Valley en Californie. Herb Cohen était né le 30 décembre 1932.

Il avait également travaillé avec Screamin' Jay Hawkins, Lenny Bruce, Theodore Bikel, George Duke et Tom Waits.

 

03 mars 2010

BJÖRK

 

Bjork2.gif

 

 

N'est pas fée qui veut. Il faut un corps aux racines profondes dans le pays gelé. Il importe d'avoir vu avec les yeux du dedans ce que les sceptiques renvoient à la berlue. Qui se sert aujourd'hui de cette optique interne ? Les voyants font leur marché le samedi. Ils remplissent leurs paniers de pendules, de pyramides et de croix primordiales. Ce petit matériel suffit aux clients de l'avenir en rose. Ainsi équipé, il leur semble que les mediums y voient plus clair. Et pourtant, l'invisible existe. Il est cadastré en Islande et  produit d'authentiques miracles, des êtres que l'on peut entendre et toucher. Ceux de Reykjavik le savent. Certains l'ont vu grandir. Quelques-uns (environ 5 000) ont capté la voix menue sur une galette spécialement gravée pour convaincre les incrédules. L'objet portait un mot de cinq lettres, comme un nom elfique, Björk. La petite n'avait que 11 ans mais déjà, elle savait manier le piano et la flûte. Surtout, elle possédait un grain de voix semblable à un cristal. Les chansons des Beatles ou de Stevie Wonder sortaient de sa bouche comme des nuances de prisme. Elle avait, assure-t-on, découvert Stockhausen, Debussy et Mahler à l'âge de 5 ans. On dit aussi qu'elle avait beaucoup écouté Janis Joplin, Eric Clapton, Jimi Hendrix au milieu des volutes de la communauté hippie où sa mère s'était réfugiée.

Dans ce royaume, les frontières sont évanescentes. Celles qui résistent sont durement éprouvées. Björk agite l'oriflamme brut de rock. Sa voix se fait aiguë pour redorer l'art des bruits. Elle intègre Spit and Snot, Exodus, formations de combat punk. Au sein de Tappi Tikarrass, elle fusionne funk et jazz. Son corps de fée indique 16 ans sur l'échelle du Grand Temps. Avant de rejoindre Kukl/Sykurmolarnir/The Sugarcubes, elle cisèle sur son bras gauche un compas de marine, direction pour ne pas se perdre. Cette rune de divination signe son appartenance à l'alphabet des origines. Les runes de l'alphabet nordique ont vertu magique. Les racines indo-européennes du mot signifient mystère ou parler en secret. Björk qui a enregistré « Gling-Gló », en 1990, album nourri de be-bop et chanté dans sa langue maternelle a désormais une voix. Tessiture susceptible de pulvériser l'homogénéité du cristal. Le timbre se souvient d'Ella Fitzgerald et de Nana Mouskouri que sa grand-mère lui fit connaître. Mais autre chose domine, à la ressemblance du murmure étouffant le cri, comme un hurlement voilé. À l'exemple de ses homologues islandais du groupe Sigur Rós, elle puise dans la tradition des rímur, ces ballades chantées à voix croisées dont la tradition remonte aux Eddas et à la poésie scaldique.

Rímur, Stockhausen, Mahler (surtout les Kindertotenlieder), Ella, Janis, voilà ce qui parle en secret dans le chaudron de sa voix elfique. Savant pêle-mêle où sans cesse se combinent profane et sacré. Fusion qui nie la décrépitude des symboles, le principe aristotélicien de non-contradiction. Björk est ailleurs, et son territoire aux contours superbement flous nous est livré dès « Debut » (1993), album qui transforme son art en satori. Nouvel éclat avec « Post » (1995) enregistré avec Graham Massay de 808 State et produit par Howie B., l'alchimiste électro qui a associé son nom à Massive Attack, Soul II Soul et U2. Cette publication que l'on aurait pu qualifier d'anthume précède le chaos. En 1996, Björk marave une journaliste sur l'aéroport de Bangkok avant d'être visée, dans sa thébaïde londonienne, par un colis piégé à l'acide sulfurique. L'expéditeur, un fan dangereusement énamouré, se donnera la mort en écoutant I Miss You, neuvième titre de « Post ». Femme fée devenue mère et idole, elle émigre en Espagne pour se mettre à l'abri. C'est là qu'elle donne naissance à l'épisode le plus tranchant de sa discographie. « Homogenic » qui synthétise, selon elle, l'alliance du rythme et de la voix, est l'œuvre de la reconstruction. L'édifice parfait semble jaillir de toutes les sources bues. Immense geyser bouillonnant d'inventivité, l'album révèle des inflexions apaisées, un ton introspectif. L'opus lyrique qui se situe sur une ligne trip-hop (avec des accents de techno hardcore) est habillé de cordes et de cuivres somptueux. Produit par Björk, Mark Bell (LFO), Guy Sigsworth et Howie B., il marque probablement une rupture (désillusion ?) ou un nouveau pas au-delà de l'ailleurs. Tel que « Medúlla » (2004) nous l'indique, dernière conspiration de l'invisible, géniale conjugaison des flux de Mike Patton, Rahzel et Robert Wyatt. Guy Darol

________

Homogenic ONE LITTLE INDIAN/UNIVERSAL, 1997

CONSULTER

BJÖRK SITE OFFICIEL

BJÖRK MYSPACE

BJÖRK SITE FRANCOPHONE NON OFFICIEL