30 novembre 2006

OUMUPO ❘ DJ KRUSH ❘ GALERIE EN MARGE

 

medium_expo_oumupo.gif

En attendant la sortie du dernier album de DJ KRUSH, l'OuMuPo (OUvroir de MUsiques POtentielles) s'offre au regard des visiteurs de la Galerie En Marge jusqu'au 16 décembre 2006.

Le label Ici d'ailleurs mettra prochainement en vente une OuMuPo Box, boîte à six faces contenant les six premiers volumes de la collection (+ un livret OuBaPo inédit).

On y trouvera :

0. Anne Baraou (livret OuBaPo/OUvroir de BAndes dessinées POtentielles inédit)

medium_Numeriser0029.2.jpg

1. The Third Eye Foundation aka Matt Elliott/Jochen Gerner

medium_B0002ZDWUI.01.MZZZZZZZ.jpeg

2. Rob Swift/Etienne Lecroart

medium_535826.jpg

3. Rubin Steiner/Luz

medium_CDOumupo.jpg

 

4. Kid Loco/JC Menu

medium_269699L.jpg

5. DJ Hide/Dupuy & Berberian

medium_270699L.jpg

6. DJ Krush/Killoffer

medium_DJ_20Krush_20-_20Krush.jpg

Le principe consiste à réunir des DJ's et des compositeurs de musique électronique soumis à la contrainte de remixer l'ensemble du catalogue Ici d'ailleurs (Yann Tiersen, Bästard, Matt Elliott, Headphone, Thomas Belhom, The Married Monk, Narcophony, Bed, Julien Ribot ...) en collaboration avec des oubapiens chargés de créer une bande dessinée inédite de seize pages. De même que les oumusiciens adoptent les contraintes d'une charte, les oubapiens règlent leur travail selon des règles fixes.

medium_vitrine1.jpegLibrairie/Galerie/Musiques EN MARGE

92, rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris

ouvert du mardi au samedi de 12h à 20h

Exposition OUMUPO jusqu'au 16 décembre 2006

 

www.en-marge.com

www.icidailleurs.com

www.oumupo.com



 

15 septembre 2006

MATT ELLIOTT ❘ FAILING SONGS

 

medium_matt2.2.jpg

Dans un monde perpétuellement menacé par les nouvelles alliances de la religion et de l’hyperterrorisme, les compositions musicales de Matthew Herbert et de Matt Elliott tracent une voie en faveur de l’art au service de la conscience vive.

The Third Eye Foundation est le pseudonyme de Matt Elliott, un compositeur originaire de Bristol qui décrivit en cinq albums une nouvelle orientation de l’electronica, résolument mélancolique et spirituelle. Depuis qu’il s’est découvert des origines slaves, Matt Elliott écrit une musique sourcière, mêlant sonorités russes et byzantines. Maître des musiques électroniques (à égalité avec Boards Of Canada), il donne forme depuis The Mess We Made (Domino, 2003) à une œuvre sans pareille dans l’univers néo-folk.

medium_Numeriser0007.4.jpgDrinking Songs (Ici d’ailleurs, 2004) révélait un chant proche de la plainte aux accents de fées, Failing Songs est une collection de titres où les chœurs porté par un ensemble organique (guitare, claviers, cordes) traduisent la décision d’échapper au fléau de la renonciation. Car sous l’impression cotonneuse fournie par une voix épelant les nuées, cet album porte un message éminemment politique, celui d’amener l’esthétique sur un terrain aujourd’hui occupé par les forces en guerre de l’économie.

Sans doute peut-on simplement s’énivrer de cette splendeur sonore (laquelle évoque autant medium_Numeriser0006.4.jpgPascal Comelade que Robert Wyatt) sans atteindre le cœur du propos. Mais Failing Songs est de ces œuvres qui méritent l’écoute intensive et la recherche du sens caché. C’est pourquoi cet album est bien celui qu’il faut arracher aux bacs où s’amoncelle l’insignifiant et cela sans attendre le prochain attentat.

Enfin, Matt Elliott qui n’est pas un go-between intense des scènes parisiennes sera en concert le dimanche 8 octobre au Café de la Danse et il est tout aussi indispensable d’aller à sa rencontre. Guy Darol

MATT ELLIOTT

Failing Songs

Ici d’ailleurs/Discograph

Sortie : 23 octobre 2006

En concert au

Café de la Danse

5, passage Louis-Philippe

75011 Paris

Dimanche 8 octobre, 19h30

www.thirdeyefoundation.com

www.icidailleurs.com

Café de la danse

medium_Numeriser0008.5.jpg